Les six points clefs d’une stratégie numérique
28 novembre 2014
The strength of ‘weak signals’
30 novembre 2014
Systèmes d’information, les utilisateurs prennent le pouvoir

Les DSI commencent prennent à peine conscience du phénomène de consumérisation, selon une étude révélée en avant-première à 01Business par Alcatel Lucent. Certains s’obstinent à penser que sensibiliser les utilisateurs suffira à maintenir le respect des règles de gouvernance. D’autres ont compris qu’il était temps de rendre le SI plus flexible.

Source: 01Business
Lien: http://pro.01net.com/editorial/615142/systemes-d-information-les-utilisateurs-prennent-le-pouvoir/
Date: 28/02/2014

A partir de 2017, les DSI devront mener de front trois chantiers d’importance. Le premier porte sur leur propre infrastructure avec le recours aux techniques de virtualisation pour leurs réseaux, plateformes de stockage et serveurs. Le deuxième chantier concerne l’ouverture du système d’information  aux collaborateurs mobiles mais également aux partenaires commerciaux de l’entreprise. Le troisième chantier touche aux organes sensibles de l’entreprise, les utilisateurs ; les DSI doivent se préparer à déployer une informatique personnalisable et collaborative dotée de portails d’applications, d’espaces de stockage et de partage d’information dédiés aux utilisateurs ainsi que d’applications communicantes. Mais tous ne paraissent pas avoir le même degré de maturité par rapport aux mutations à venir.
Déjà en termes de date, à partir de 2017, précise l’étude? 2017 ! Cela paraît si loin alors que nous n’arrêtons pas de parler de ces thèmes depuis au moins trois ans. L’étude « Nouveaux usages IT et nouveaux défis » révélée en exclusivité à 01Business par Alcatel Lucent met pourtant bien en lumière le décalage entre le discours et l’action.

La moitié des DSI sous-estiment la réalité terrain

© Alcatel Lucent
agrandir la photo
Selon l’étude réalisée en octobre dernier auprès de 84 DSI (travaillant pour moitié dans des entreprises de moins de 500 salariés et pour l’autre moitié dans des sociétés de plus de 500 personnes), nous ne sommes qu’au début de la prise de conscience des changements par les DSI. Ces derniers semblent même sous-estimer la réalité. Pour preuve, interroger sur plusieurs affirmations, seuls 58% pensent que leurs utilisateurs cherchent de plus en plus à accéder à leurs données en dehors de l’entreprise.
Selon ces mêmes DSI, seuls 48% pensent que leurs utilisateurs ont de plus en plus tendance à utiliser des smartphones ou des tablettes en plus de leurs ordinateurs. 58% n’imaginent pas qu’ils puissent utiliser leur matériel personnel à des fins professionnels ; on parle de Byod ou Byos (Bring your own device/software). Enfin 62% pensent que leurs utilisateurs n’utilisent pas d’applications trouvées sur le web ou n’hébergent pas de données en dehors de l’entreprise. Au vu des téléchargements d’applications semi-professionnelles de type Evernote sur les magasins d’applications des éditeurs, ou du nombre d’abonnements Dropbox, il est clair que les DSI sont un peu loin de la réalité terrain.

© Alcatel Lucent
agrandir la photo
Concernant le sujet de la mobilité des collaborateurs, le blocage des DSI apparaît assez brutal. 49 % d’entre eux estiment que leur entreprise n’accorde pas plus d’importance que cela au fait que le travail de leurs collaborateurs puisse être facilité en situation de nomadisme. Pire, 44% refusent que leurs salariés nomades accèdent à leur SI et à leurs données à distance. Plus évolués, 55 % affirment cependant qu’impliquer leurs collaborateurs dans le choix de leurs outils numériques constitue un facteur de productivité. Ouf !

Continuer à garantir un bon niveau de sécurité

© Alcatel Lucent
agrandir la photo
Restent deux défis majeurs la garantie de la sécurité qui s’inscrit d’ailleurs dans le deuxième enjeu, les transformations à venir. 92% des DSI jugent ainsi logiquement que la montée en force de la consumérisation du numérique implique une plus grande vigilence en termes de sécurité. Byod, nomadisme, accès à des ressources externes à l’entreprise et travail sur des données à distance soulèvent en effet des problèmes de sécurité sur lesquels il faut sensibiliser davantage les utilisateurs.

© Alcatel Lucent
agrandir la photo
Quant aux transformations à venir, il semble que les DSI interrogés par Alcatel-Lucent sous-estiment l’ampleur de ce qui risque de leur tomber dessus. 55 % sont persuadés que leur rôle est de faire en sorte que les utilisateurs modifient leurs comportements. Une affirmation qui doit faire sourire les 45 % restants, déjà convaincus que cela va plutôt être à eux de faire évoluer leur système d’information en fonction des besoins de flexibilité, d’ouverture, de collaboration, de personnalisation, etc issus des nouveaux usages. Tout cela en garantissant encore davantage la sécurité des informations. A priori l’étude souligne que cette mutation est prévue à partir de 2017, soit… dans trois ans. Cela paraît si loin par rapport aux révolutions à venir.