INSEE: Les sociétés technologiquement innovantes : majoritairement engagées en recherche et développement
25 avril 2015
LE MONDE: Les réseaux sociaux concurrencent les sites d’emploi
6 mai 2015
Pourquoi Google+ a échoué, selon d’anciens salariés de Google

Paranoïa vis à vis de Facebook, manque de vision du produit ou encore échec du mobile…. Des anciens salariés de Google expliquent ce qui n’a pas marché.

Source: JDN
Lien: http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/echec-google.shtml
Date: 27/04/2015

Google a annoncé le mois dernier qu’il changeait sa stratégie concernant Google+. Google abandonne, en un sens, le positionnement de Google+ comme une plateforme sociale censée concurrencer Facebook. Au lieu de ça, Google+ est séparé en deux : Photos et Streams.

Ce n’est pas vraiment une surprise : Google+ n’a jamais réussi à connaître le succès de plateformes sociales telles que Facebook, Twitter ou LinkedIn. Techniquement beaucoup de personnes utilisent Google+, dans la mesure où la connexion au service donne accès à Gmail, Google Drive et toutes les autres applications de l’univers Google.

Mais ces personnes ne recourent pas activement à la dimension « réseau social » de la plateforme. Voici un tableau réalisé par le blogueur Kevin Anderson, basé sur des données compilées par le chercheur Edward Morbis. Ses recherches estiment le nombre d’utilisateurs actifs de Google+, c’est à dire ceux qui ont effectué une publication sur Google+ en janvier 2015. Edward Morbis a analysé les sitemaps de Google+ et les profils de la plateforme pour arriver à ses conclusions, comme il l’explique dans un post sur Ello.

screen shot 2015 01 20 at 13

Le nombre d’utilisateurs actifs de Google+.  © Kevin Anderson/Edward Morbius

Les rumeurs se répandent depuis des mois, annonçant que Google allait donner une nouvelle direction à Google+. Business Insider a parlé avec certains collaborateurs de la société pour savoir ce qui est arrivé au réseau dont Google pensait qu’il allait changer la manière avec laquelle les gens partagent leur vie online. Google+ était un projet vraiment important pour Larry Page d’ailleurs, une source nous a expliqué qu’il était personnellement impliqué dans le projet et qu’il voulait que toute la société s’y mette également.

Le principal problème de Google+, explique un ancien collaborateur de la société, est que Google a essayé d’en faire un service trop ressemblant de Facebook. Un autre abonde, affirmant que la société avait « un train de retard » et n’était motivée que du « point de vue concurrentiel ».

Il y a peut-être eu un peu de paranoïa – Facebook débauchait alors activement les Googlers, note un autre. Les collaborateurs assignés à Google+ travaillaient de leur côté, précise-t-il, sans doute pour éviter que des informations relatives au produit ne se répandent. Ces collaborateurs de Google+ avaient ainsi leur propre cafétéria baptisée « Cloud », laquelle était interdite aux autres résidents de Mountain View.
« Il y avait clairement une atmosphère de peur à l’époque », explique-t-il.

Un autre ancien de Google, au contraire, rappelle que cette cafétéria secrète procédait juste d’une mesure de sécurité; il y a de nombreux endroits du campus qui ne sont accessibles qu’à un nombre spécifique de collaborateurs de Google. Cette personne précise qu’elle n’a jamais ressenti aucune forme de paranoïa au sujet du fait que Facebook débauche massivement chez Google.

Voici d’autres informations qui ressortent de nos discussions avec des anciens de chez Google :

– Google+ a été imaginé pour résoudre des problèmes spécifiques à la société, plutôt que pour permettre aux utilisateurs de se connecter les uns aux autres. Google n’a pas à gérer des tonnes de profils utilisateurs pour ses nombreuses applications et services. Se connecter à Google+ vous permet d’accéder à tous vos produits Google, ce qui est pratique. Mais la plateforme n’offre pas une expérience sociale aussi simple que celles de Facebook ou LinkedIn. Les utilisateurs devaient réfléchir à quel cercle ils voulaient inclure un nouveau contact plutôt que de l’ajouter tout simplement comme c’est le cas sur Facebook ou LinkedIn.

– Une autre personne estime également que Google n’a pas fait basculer Google+ sur le mobile assez rapidement. Au contraire de Facebook, qui réalise aujourd’hui la plupart de son chiffre d’affaires sur le mobile. Au contraire, Google+ s’est concentré sur les photos haute-résolution, qui conviennent parfaitement à une expérience sur ordinateur et Chromebook, mais mettent du temps à se charger sur mobile.

– Google+ était un produit « controversé » au sein de Google, selon une de nos sources. Mais ce n’est pas rare chez Google, dans la mesure où c’est une entreprise immense avec beaucoup d’employés. Et ses collaborateurs ont un avis sur tout.

– Le départ de Vic Gundontra, l’un des principaux créateurs de Google+ et son responsable, il y a un an, a été une surprise totale. Il n’y avait pas de plan de succession, précise un ancien de Google. C’était comme « s’il était là un jour et parti le lendemain ».

Même si Google+ ne s’est pas transformé en un réseau social au succès massif, la société n’a pas complètement échoué. Google a réussi à créer une plateforme solide qui permet à des millions d’utilisateurs d’utiliser ses produits et applications sans friction. Et elle a réussi à créer un outil très pratique pour organiser ses photos online.
Mais ce n’est pas un réseau social mainstream, et il n’a jamais réussi à rattraper des géants tels que Facebook et Twitter sur ce point. Google a refusé de répondre à nos questions.
Article de Lara O’Reilly. Traduction de Nicolas Jaimes, JDN.

Voir l’original : « Why Google+ failed, according to Google insiders« .