INSEE RHÔNE-ALPES: Industrie : sept secteurs clés dans un tissu industriel varié
9 novembre 2014
Getting into your competitor’s head
12 novembre 2014
INSEE RHÔNE-ALPES: Retour sur 20 ans de croissance de l’emploi salarié

Avec plus d’un salarié français sur dix, Rhône-Alpes est la deuxième région de France métropolitaine. Elle a gagné 430 000 emplois supplémentaires depuis 1989. Bien qu’un net ralentissement s’observe depuis la crise de 2008, elle reste parmi les régions dynamiques en termes d’emplois.

Entre 1989 et 2012, la région, historiquement tournée vers l’industrie, a subi de lourdes pertes d’emploi dans ce secteur, compensées en partie par le dynamisme du tertiaire marchand. Le rythme de croissance de l’emploi dans l’Ain et les deux Savoie est plutôt rapide en comparaison du reste de la région.

Source: INSEE
Lien: http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=8&ref_id=21718
Date: octobre 2014

Fin 2012, la région Rhône-Alpes compte 2,4 millions de salariés, secteurs public et privé confondus. Elle est ainsi la deuxième région de France métropolitaine, avec plus de 10 % des emplois salariés de l’ensemble du territoire métropolitain. De fin 1989 à fin 2012, la croissance de l’emploi salarié en Rhône-Alpes est de + 0,9 % par an en moyenne, soit un gain de 430 000 emplois sur la période. Cette évolution est proche de celle observée au niveau national (soit 0,2 point de plus). Elle est assez loin toutefois de régions comme les Pays de la Loire, la Bretagne, Midi-Pyrénées ou Languedoc-Roussillon (+ 1,4 %).

Au cours de ces deux dernières décennies, trois périodes émergent, ponctuées par deux crises économiques survenues en 1994 et 2008. Avant la première, dans la région Rhône-Alpes, l’emploi salarié croît modérément, à un rythme plus lent que celui de l’ensemble du pays (+ 0,2 % par an contre + 0,4 %). Après celle-ci, la croissance de l’emploi s’accélère : + 1,3 % par an, soit 0,2 point de plus que le niveau national. La région compte près de 400 000 emplois salariés supplémentaires entre 1995 et 2007. Depuis la deuxième crise, la croissance de l’emploi est atone (+ 0,1 % par an). Elle demeure cependant positive contrairement au niveau national (- 0,2 %).

Une augmentation de l’emploi plus rapide dans l’Ain et les départements savoyards

À l’exception du département de la Loire, fortement touché par les pertes d’emplois industriels, tous les départements de la région Rhône-Alpes présentent, entre 1989 et 2012, une croissance de l’emploi salarié plus forte que le niveau national. Ce constat est accentué dans les départements savoyards et dans l’Ain, avec une croissance moyenne supérieure à 1 % par an.

Figure 3 – Évolution de l’emploi salarié par département
Emplois salariés en 2012 Évolution 1989-2012 (en % par an) Évolution de l’emploi salarié (en moyenne annuelle en %)
1989-1994 1995-2007 2008-2012
Source : Insee, estimations d’emploi
Ain 188 400 1,0 1,0 1,4 -0,2
Ardèche 87 900 0,8 1,0 1,1 -0,3
Drôme 183 600 0,9 0,3 1,3 0,4
Isère 446 000 0,9 0,4 1,4 -0,3
Loire 255 800 0,3 -0,2 0,7 -0,7
Rhône 826 400 0,9 0,0 1,4 0,3
Savoie 174 000 1,1 0,1 1,7 0,3
Haute-Savoie 261 300 1,1 0,7 1,4 0,5
Rhône-Alpes 2 423 400 0,9 0,2 1,3 0,1
France métropolitaine 23 767 700 0,7 0,4 1,1 -0,2

Les rythmes de croissance de l’emploi salarié dans les départements ne sont pas identiques face aux crises économiques. Depuis 2008, les départements de l’Ain, de l’Ardèche et de l’Isère accusent des pertes d’emplois salariés, entre – 0,2 et – 0,3 % par an, alors qu’ils connaissaient une croissance dynamique avant la crise. L’emploi salarié dans les départements du Rhône, de la Drôme et des deux Savoie n’a pas cessé de croître mais à un rythme plus lent. Chaque année, la Loire perd 0,7 % de ses emplois salariés depuis 2008 après une légère reprise entre 1995 et 2007 (+ 0,7 %).

Quel que soit le secteur d’activité, la situation de la région, en termes d’évolution d’emplois, est plus favorable que la moyenne française.

Un secteur tertiaire marchand moteur de l’emploi

Le secteur industriel, qui comptait pour plus d’un quart des emplois salariés de la région en 1989, en représente moins d’un cinquième en 2012. La région Rhône-Alpes a perdu près de 140 000 emplois salariés industriels sur cette période, dont plus de 40 000 entre 2008 et 2012.

Le département de la Loire accuse les pertes d’emplois industriels les plus importantes de la région avec plus de 40 % de baisse des effectifs de 1989 à 2012. Le déclin du secteur dans ce département est plus rapide que partout ailleurs dans la région ; il s’est accéléré depuis 2008 (- 2,8 %) en comparaison à la période d’entre-deux-crises (- 1,9 %).

Figure 4 – Évolution de l’emploi salarié par secteur d’activité en Rhône-Alpes
Emplois salariés en 2012 Évolution 1989-2012 (en % par an) Évolution de l’emploi salarié (en moyenne annuelle en %)
1989-1994 1995-2007 2008-2012
Source : Insee, estimations d’emploi
Agriculture 11 300 0,5 3,1 0,1 -1,4
Industrie 410 700 -1,3 -2,0 -0,7 -2,3
Construction 153 900 0,3 -2,2 1,6 -0,9
Tertiaire marchand 1 115 400 1,7 0,8 2,2 0,8
Tertiaire non marchand 732 100 1,4 2,1 1,5 0,6
Tous secteurs 2 423 400 0,9 0,2 1,3 0,1

Après une diminution du nombre d’emplois salariés dans le secteur de la construction au début des années 90, la croissance reprend à un rythme plus rapide que l’ensemble des régions (+ 1,6 % contre + 1,4 % entre 1995 et 2007). La crise économique de 2008 a affecté le secteur. Toutefois, la décroissance est moins rapide en Rhône-Alpes qu’au niveau national : – 0,9 % par an contre – 1,5 %.

Le secteur tertiaire marchand demeure le moteur de la croissance de l’emploi dans toutes les régions de France métropolitaine. Entre 1989 et 2012, il compte 350 000 emplois supplémentaires en Rhône-Alpes. Bien que les emplois du secteur n’échappent pas aux crises économiques, la croissance de l’emploi y est dynamique. Depuis 1995, le rythme de croissance annuel moyen est plus soutenu dans la région qu’au niveau national ; sur la période récente, les emplois augmentent de + 0,8 % par an contre + 0,2 %.

Pour en savoir plus